close
#Cultures#Innovations

Anticiper la délinquance juvénile grâce à un algorithme, un sujet qui divise l’Australie

Les représentants de l’ordre de Nouvelles-Galles du Sud en Australie testent un algorithme dans un programme baptisé STMP (Suspect targeting management plan) sensé anticiper de futurs crimes commis par des jeunes à partir de 11 ans. Des associations de défense des droits des enfants protestent, évidemment.

On se souvient de Minority Report, la dystopie cyberpunk adapté au cinéma par Spielberg et inspiré par la nouvelle éponyme de Philippe K. Dick dans laquelle on éradique la criminalité grâce à des individus doués du pouvoir de préscience appelés « précogs ». Ces précogs permettent l’arrestation des criminels avant qu’ils ne commettent leurs méfaits. Je ne vous divulgâcherais pas la suite et fin du film, mais vous vous doutez bien que ça ne va évidemment pas bien tourner.

La police dite « prédictive » pourrait bien être le futur des forces de l’ordre, et d’ailleurs, l’Australie, enfin surtout l’état australien de Nouvelles-Galles du Sud (dont Sydney est la capitale) a mis en place un système visant à prédire la délinquance juvénile, suscitant évidemment l’inquiétude de tout bon démocrate qui se respecte. Ce système, appelé STMP (voir l’acronyme dans le chapeau, « Plan de ciblage des suspects » en français), indique aux forces de l’ordre si certains préadolescents et adolescents doivent être surveillés.

Anticiper la délinquance juvénile grâce à un algorithme, un sujet qui divise l’Australie  actu geek

Cet outil, prétend la police australienne, permettrait d’évaluer les risques en se concentrant sur les récidivistes et également sur les personnes suspectées de commettre un futur crime. Pour cela, une équipe assure l’évaluation de chaque profil des personnes désignées comme suspectes sur base des renseignements déjà collectés par surveillance, etc. Ensuite, les données sont soumises à un algorithme chargé de calculer les probabilités d’infractions par les personnes ciblées, classant les « suspects » par ordre de « dangerosité ».

Anticiper la délinquance juvénile grâce à un algorithme, un sujet qui divise l’Australie  actu geek

Cependant, une coalition d’associations de défense des droits des enfants proteste vigoureusement contre ce système, arguant qu’il est bien trop utilisé, mettant en danger les libertés et les droits des jeunes, et pointant surtout un manque d’efficacité de ce système. Il n’y aurait aucun impact observable sur la prévention du crime, et surtout, le STMP encouragerait les mauvaises pratiques policières. Qui plus est, la Youth Justice Coalition regrette amèrement le manque de transparence du STMP. Affaire à suivre, donc.

Commentaires
Tags : #newsalgorithmaustralianpoliceblacklistfeaturedminorityreport2017STMP