close
#Applis#Wow

Un employé en fin de contrat prive Donald Trump de son compte Twitter

 Un justicier du web a frappé cette nuit, provoquant moult réactions sur la tweetosphère. Son action a visé le compte Twitter de Trump, empêchant les déclarations fracassantes du President of the United States pendant… 11 minutes.

Habitué des déclarations chocs dignes des tabloïds les plus hardcore, Donald Trump a trouvé un opposant certes furtif, mais bien déterminé en la personne d’un employé de la société Twitter. « Désolé, cette page n’existe pas », c’est ce que les partisans et détracteurs du POTUS ont pu lire cette nuit du 2 au 3 novembre en voulant consulter son fil Twitter.

Selon la firme, un employé du service clientèle aurait désactivé le compte Twitter de Donald Trump, le temps que ce « bug » soit remonté aux instances supérieurs du réseau social de microblogging et que celui-ci soit remis en route.

Quelques minutes plus tôt, via son compte Twitter officiel, les services de communication de l’oiseau bleu avaient déclaré qu’il s’agissait d’une « erreur humaine causée par un employé de Twitter ». Ils ont ensuite déclaré « qu’une enquête était en cours et que des mesures seraient prises afin d’éviter que cela se reproduise à l’avenir ».

Le président américain a ensuite réagi ce vendredi matin en signalant via Twitter (évidemment) qu’un « employé voyou avait désactivé son compte pendant 11 minutes ». Une énorme tuile, selon les normes Trumpiennes, puisque Twitter demeure à ce jour son moyen de communication de prédilection (avec 41,7 millions d’abonnés, tout de même), passant outre depuis son élection les recommandations de son équipe de relations publiques, ainsi que de ses services de sécurité.

Le trublion ayant causé cette tempête dans un verre d’eau est un employé de Twitter prestant son dernier jour, mettant pendant 11 minutes à mal l’outil permettant à Trump de lancer ses désormais célèbres campagnes de chasse aux sorcières contre les journalistes, médias et opposants osant le critiquer ouvertement.

On rappellera également que Donald Trump avait notamment provoqué ostensiblement le « leader suprême » de la Corée du Nord, Kim Jong-un, créant un potentiel casus belli après quelques Tweets bien sentis. Il a d’ailleurs encore été raillé dernièrement suite à son « enseignement du socialisme » à sa fille de 3 ans.

Autant dire que pendant 11 minutes (et après coup), l’ensemble de la twittosphère s’est déchaînée, certains considérant que c’était les onze minutes les plus marquantes et intéressantes de la présidence de Donald Trump Jr.

Commentaires
Tags : #newsamericanherodonaldtrumpfeaturedtwitterunsunghero